SCANNER, RADIOLOGIE

ECHOGRAPHIE, IRM

Scanner

Introduction

Utilisé depuis environ trente cinq ans, cet appareil permet de réaliser des images du corps humain grâce à des rayons X à faibles doses dont l’émission est réceptionnée par des détecteurs et retraitée par des programmes informatiques permettant ainsi d’obtenir des informations anatomiques dont la définition, selon les programmes utilisés et surtout la demande et l’indication, peut être inférieure au millimètre.
Les renseignements donnés par ces images vont permettre au médecin de détecter ou pas des anomalies anatomiques, d’approcher ainsi l’origine de vos maux, au mieux de faire un diagnostic ou bien de faire le bilan complet de votre maladie.

Cliché de scanner

Image 3D

Le scanner explore un volume du corps : c’est en quelque sorte une « endoscopie virtuelle » qui permet d’établir des images tridimensionnelles des organes ou des tissus (os, muscles ou vaisseaux) constitutifs des zones scannées. Le scanner permet de visualiser une modification de volume ou une anomalie de structure (tumeur, embolie, anévrisme…). En cancérologie, il permet de contrôler la réponse à la chimiothérapie. Il peut aussi être utilisé en chirurgie pour renseigner plus précisément sur les zones où l’intervention est envisagée ou bien encore pour guider les drainages et les biopsies…
Pour l'étude de certains organes, il peut être nécessaire d'injecter (par voie intra-veineuse ) ou d’ingérer un "produit de contraste " à base d'iode, opaque aux rayons X.
Les images numériques obtenues sont des images « de coupe » , voire même des images en 3D. Avantage de la numérisation des images, les résultats peuvent être mis sur CD-ROM, DVD, ce qui en facilite le stockage.

L’Imagerie médicale de Chantilly est doté d’un scanner dernière génération de 64 canaux équipé du système ASIR permettant une réduction de la dose d’irradiation de 30 à 50 % selon l’examen.

Cliché de scanner

En fonction de ce qui le préoccupe ou ce qu’il recherche, votre médecin va vous demander « de passer » un scanner de telle ou bien telle autre région anatomique. En fonction de cette région, il vous sera prescrit par le médecin radiologue une ordonnance afin de réaliser au mieux cet examen et de visualiser au plus près les anomalies anatomiques. A cette étape de prescription par le secrétariat du médecin radiologue, il est très important de préciser :

- si vous êtes allergique ou non à différents produits qui vous seront précisés
- si vos reins fonctionnent bien
- si vous êtes diabétique

En fonction d’une ou des anomalies ci-dessus citées, il vous sera prescrit une ordonnance différente ou bien supplémentaire et des précautions à prendre.

 

  

L'Examen

Le jour de l’examen, après les recommandations ci-dessus, vous serez invité par une technicienne spécialisée en Imagerie médicale à vous préparer (tenue adéquate à l’examen et mise en place si nécessaire d’une perfusion) et à vous installer sur une table d’examen qui selon les besoins se déplacera doucement et automatiquement pour analyser la région intéressée.
L’examen est rapide mais sa durée est cependant variable en fonction de la région examinée et le protocole d’examen adapté à la pathologie recherchée.
Pendant le temps de l’examen, l’injection d’un produit de contraste (produit opaque et visible aux rayons X) par l’intermédiaire de la perfusion mise en place peut être nécessaire afin d’améliorer la visibilité des vaisseaux, des organes et leurs éventuelles anomalies.

Cliché de scanner

Il est essentiel d’avoir votre coopération pendant la durée de l’examen à savoir ne pas bouger et ne pas respirer si demandé par la technicienne afin d’obtenir les meilleures images possible et qu’elles ne soient pas floues car les coupes sont au millimètre près.

Vous n’êtes pas seul pendant la durée de l’examen, car derrière la vitre, l’équipe médicale vous voit, vous entend et vous surveille.

Une fois l’examen terminé, la technicienne vous invitera à rejoindre votre déshabilloir et vous enlèvera, s’il y a lieu, votre perfusion. Après compression locale, un pansement est mis en place. Si vous ressentez une gêne quelconque, le signaler immédiatement.

Du côté du patient… dans les 24 heurs qui suivent l’examen, buvez abondamment (un litre au minimum) afin d’éliminer le produit de contraste injecté.

Du côté médecin…ce dernier grave en général sur CD ou DVD les images obtenues (appelées images natives ou données d’acquisition brute) et va ensuite analyser ces images en 2D ou 3D sur une console spécialement dédiée et reproduire en général sur papier les résultats obtenus. Cette analyse fait l’objet d’un compte rendu précis et détaillé.
Le tout, à savoir les images natives et le compte rendu (après validation par le médecin radiologue), sont enregistrés dans un Archivage numérique (PACS : voir rubrique dédiée).
La patient doit ainsi avoir en sa possession après la remise des résultats, les images reconstruites généralement sur papier (en général format A3), les CD ou DVD contenant les images natives et le compte rendu du médecin radiologue accompagné éventuellement des images clés des résultats.